Retour à la normale après un burnout... Evident ? Déstabilisant ? Attendu?


Entendu en entretien chez un homme de 45 ans, ingénieur informatique, père de famille, en temps partiel thérapeutique depuis 3 mois, aujourd'hui à 60% ( suite à un arrêt de travail d' 1 an et ½ pour burnout ) :

 

 

"Je prends conscience aujourd'hui de ce que c'est qu'une situation normale :

-          être en congé ou en weekend, et ne plus penser au boulot ;

-          revenir au travail le lundi et avoir une remise en route nécessaire, alors qu'avant, ne décrochant jamais, j'étais opérationnel dès la première minute au retour du WE ;

-          m'endormir facilement le soir et pour toute la nuit, sans avoir constamment à l'esprit mes activités professionnelles…

J'observe cette disponibilité et cette fluidité nouvelles. Mais j'ai encore du mal à l'accepter et suis encore un peu perdu. Je me culpabilise même de ne pas être opérationnel à la minute ou de devoir me réadapter à mes missions, d'un jour sur l'autre, tellement je décroche totalement aujourd'hui.  C'est paradoxale, car c'est bien maintenant et maintenant seulement que je vis la normalité dans mon rapport au travail. […]

 

Cela reste comme un choc pour moi ; je n'ai pas l'habitude d'avoir l'esprit libre ! Il faut dire qu'avant, j'étais en stress permanent. "

Témoignage recueilli après 6 mois d'accompagnement psycho-social. Toutes les parties prenantes sont mobilisées : salarié, employeur, manageur, médecine du travail, médecin traitant, famille… Nous avons encore 2 mois devant nous et préparons la reprise à temps complet, sans compter des projets personnels facteurs d'équilibre entre la vie au travail et la vie privée.